Baisers_de_sangAnthologie présentée par Alain Pozzuoli (encore lui !)
Editions Les Belles Lettres, Collection Fantastique
2005, 260 pages
21 €

Présentation éditeur :

Y a-t-il plus belle allégorie de l'érotisme et de la sexualité que le vampire ? Depuis toujours les créatures de la nuit, sorties de leur tombe pour venir sucer les vivants, ont terrifié et fait fantasmer les humains. Illustrant à merveille la fusion Eros et Thanatos, les histoires de vampires n'ont de cesse de théâtraliser le geste érotique, les pulsions amoureuses de toutes sortes. Désir, répulsion, attirance, névrose, séduction, perversité, tels sont les maîtres mots des évadés des ténèbres qui pour notre plus grand plaisir ont envahi la littérature fantastique. Dans cette anthologie, Baisers de sang, venez parcourir ces pages sulfureuses qui depuis Carmilla de Joseph Sheridan Le Fanu, et son pendant masculin, L'histoire vraie d'un vampire du Comte Eric Von Stenbock, n'ont cessé d'explorer l'univers érotique des vampires. Retrouvez aujourd'hui les débordements érotiques littéraires, "de toutes tendances", d'auteurs contemporains tels que Boris Vian, Francis Lalanne, Jean-Paul Bourre, Gudule, Jeanne Faivre d'Arcier, Robert de Laroche, Serena Gentilhomme, Lawrence Schimel, Tony Mark, Amelia G., Raven Kaldera, Jean-François Patricola, Didier Rouge-Héron, Gautier Map, Sire Cédric, Bernard Jurth, Roland Fuentes et Daniel Walther.

Mon avis :

Mmmm... que dire ? Une bonne impression générale, voilà qui est sûr. Des textes de grande qualité littéraire, baignant chacun dans une ambiance inimitable et propre à l'auteur. J'ai particulièrement aimé Carmilla de Le Fanu (on ne nous en présente ici qu'un extrait, qui m'a donné envie de relire la novella complète) et son érotisme pudique et sous-jacent. Le texte de Gudule (Parlez-moi d'amour) est également très intéressant : elle y présente le vampirisme sans l'aspect sanglant de la chose ; ici le vampire suce l'énergie vitale de sa victime. Muse, de Sire Cédric, a aussi retenu mon attention (attention, ce n'est pas un inédit : vous retrouverez cette nouvelle dans le recueil Dreamworld). Carnet de viol de Jean-François Patricola m'a marqué pour longtemps, et j'ai été agréablement surprise par l'étrange texte de Francis Lalanne, dont voici un petit extrait :

"Vous êtes sur le ventre. On voit
Votre taille si fine, et le
Galbé ailé de vos reins ; on croit
Tenir une sirène ; on croit
La prendre dans les mains ; on voit
Qu'elle est belle, et le bleu gris, le
Gris de ses yeux bitume. On croit
Qu'elle pleure quand elle est pâle,
Et qu'elle meurt quand on la voit
."

(oui oui, ça ne se voit pas encore trop sur ce blog, mais les sirènes sont mon obsession personnelle:)

Voilà pour le positif. D'autres textes m'ont vraiment dérangée : trop crus, pas assez suggestifs, ils ne laissent aucune place à l'imagination. Peut-être suis-je trop prude ?!

Mais bon, comme je le disais plus haut, une très bonne impression générale, et plus de bonnes surprises que de déceptions.

C'était la troisième lecture de mon Dark Side Challenge.

Dark_side_challenge