Tu_as_beaucoup_chang_Tu as beaucoup changé, Alison - Peter Straub
Le livre de poche
2008 (écrit en 1977, première traduction française en 1990), 406 pages
6,95 €

Résumé

Eté 1955, Wisconsin. Miles Teagarden, 13 ans, est fou amoureux de sa cousine Alison Greening, de deux ans son aînée. Les deux adolescents vivent leur été comme bon leur semble, au désespoir du reste de la famille. Le 21 juillet, les enfants terribles décident d'aller prendre un bain de minuit. Avant de plonger dans l'eau de la carrière, ils se promettent de se retrouver au même endroit dans 20 ans, quoi qu'ils puissent être devenus dans l'avenir. Mais Alison va mourir cette même nuit dans des conditions mystérieuses.

Juillet 1975. Miles, devenu universitaire, décide de retourner dans le Wisconsin pour terminer sa thèse. On lui réserve là-bas un accueil glacial... Nul n'a oublié ses frasques avec Alison, ni le fait qu'il avait été soupçonné de son meurtre. De plus, Miles arrive au moment où une autre adolescente vient de trouver la mort dans de sordides circonstances. Il doit bien vite se rendre à l'évidence : il va devoir honnorer le pacte conclu avec Alison vingt ans plus tôt...

Mon avis

J'ai enfin lu mon premier Peter Straub ; Alleluia !! Depuis des années, les livres de cet auteur me font de l'oeil à chaque fois que je les croise en bibliothèque ou en librairie. Voilà, c'est chose faite, je me suis plongée dans l'univers de Peter Straub, et j'ai adoré !

Ce roman contient tout ce que j'aime : personnage central complexe, sensualité sous-jacente, fantastique discret... Le résumé fait penser à une histoire de fantôme classique. Pourtant, ceux qui ouvrent le livre en s'attendant à ce genre de lecture risquent bien d'être déçus. Car le fantastique s'efface plutôt devant la résolution des mystères qui entourent le meurtre d'Alison et ceux des autres adolescentes, vingt ans plus tard. Tout le roman est construit autour de ça, presque comme une intrigue policière.

Peter Straub s'étend également longuement sur les états d'âme de Miles, son personnage principal, et en fait une figure charismatique, bien que doté d'un capital de sympathie très réduit. Vingt ans après la mort de sa cousine, qui n'était rien de moins que l'amour de sa vie, Miles est devenu un homme complexe, intelligent mais trop impulsif, au comportement border-line et auto-destructeur, sensible aux phénomènes paranormaux (il perçoit par exemple les odeurs de ses correspondants téléphoniques, quelque soit la distance). Un personnage marquant pour les lecteurs, qui s'attire par son comportement la haine et le ressentiment de toute une communauté, et a pour uniques alliés une vieille tante sourde et un peu médium, un ami d'enfance un peu pédophile sur les bords mais qui n'est jamais passé à l'acte et une petite cousine sexuellement attirante et portant le même prénom qu'Alison Greening, l'obsédante disparue.

Des avis que j'ai pu glâner à droite et à gauche, on reproche à ce roman sa lenteur et son fantastique trop discret. Pourtant, c'est justement ce qui m'a plu : c'est lent, très lent, mais on entre ainsi profondément dans l'atmosphère particulière de cette intrigante histoire. Le fantastique utilisé m'a paru léger, subtil, et il se met parfaitement au service de la résolution de l'intrigue, sans coups d'éclat hystériques ni revenants répugnants. Et ce roman m'a fait peur, bien plus peur que certains autres livres utilisant d'avantage d'interventions fantastiques et de litres d'hémoglobine.

J'ai donc beaucoup apprécié ce roman que j'ai trouvé fin, subtil, troublant, clairvoyant sur la nature humaine. Cette découverte de l'univers de Peter Straub constitue pour ma part un sans faute, et une expérience à renouveler !

Du même auteur dans ma PAL : Shadowland ;

Et dans ma LAL : Talisman et Territoires (en collaboration avec Stephen King), Le cabinet noir, Les enfants perdus.