Lacoloniedest_n_bresLa colonie des ténèbres - Jérôme Bucy
Editions Belfond
2010, 337 pages
20 €

Lu et chroniqué pour les Chroniques de l'Imaginaire.

Résumé

Berlin-Est, 1962. Une série de crimes sordides bouleverse la population. Les victimes sont des femmes, assassinées et mutilées devant leurs enfants. Sterz, docteur en psychologie, s'efforce à soustraire les petits témoins de l'influence de la Stasi. En vain. La police semble prête à bâcler l'enquête...

Paris, 2006. Andersen, jeune informaticien très impliqué dans la protection de l'environnement, observe un changement de comportement chez les chauves-souris parisiennes : au sortir de l'hibernation, les chiroptères s'attaquent à l'homme avant de s'entre-dévorer. Pour le jeune homme, ce comportement est incompréhensible.

Parallèlement, Andersen est embauché par un gros groupe de l'industrie chimique en vue de protéger leur système informatique : un snuff-movie a récemment été mis en circulation sur leur site Internet. Chargé de remonter à l'origine du piratage, Andersen ne tarde pas à prendre conscience que tous ces évènements semblent liés...

Mon avis

Quel peut être le lien entre l'Allemagne pendant la guerre froide, les chauves-souris et le piratage informatique ? Jérôme Bucy apporte la réponse à cette question dans un roman passionnant qui mêle intrigue complexe et construction rigoureuse, et plonge les lecteurs dans ce que l'âme humaine compte de plus noir.

J'avoue ne pas avoir accroché à La chambre d'ambre, précédent roman de Jérôme Bucy. En revanche, La colonie des ténèbres m'a vraiment bluffée ! C'est du bon, du très bon polar : une intrigue solide, des personnages complexes et une ambiance très particulière, oppressante, qui marque les esprits. Le tout m'a rappelée le meilleur de Franck Thilliez, et ce n'est pas peu dire !

Le lien entre les deux intrigues est subtil et très bien amené. On se pose beaucoup de questions au fil des chapitres, pour finalement découvrir que tout coulait de source. Le caractère fouillé des personnages achève d'accrocher l'attention du lecteur : leurs quêtes personnelles s'entremêlent aux enquêtes qu'ils mènent et les rendent d'autant plus passionnants. Pour ne rien gâcher, le style de l'auteur a gagné, entre ces deux romans, en souplesse et en fluidité.

En somme, un très bon polar, sombre et angoissant, au dénouement spectaculaire mais cohérent. Vivement le prochain !