deuil_peter_james_L_1Deuil - Peter James
Editions Bragelonne, Collection L'Ombre
2010 (pour la traduction française), 471 pages
22 €

Lu et chroniqué pour les Chroniques de l'Imaginaire.

Résumé

Ce matin, comme tous les matins de sa vie, Thomas Lamark vient apporter son petit-déjeuner au lit à Gloria, sa mère, actrice sur le retour. Mais c'est un corps mort qu'il trouve entre les draps. Elle s'est suicidée... La santé mentale de Thomas, déjà fragile, bascule pour de bon. Comment faire pour vivre sans sa mère, le pilier de son existence ? Pour éviter de sombrer, une seule solution : la vengeance...

La cible principale de Thomas ? Michael Tennent, le psychiatre de Gloria. Comment un praticien aussi renommé et médiatisé que lui a-t-il pu échouer à rendre le goût de vivre à sa célèbre patiente ? A vrai dire, Thomas se moque bien de la réponse, maintenant que le mal est fait. Il n'a qu'une idée en tête : infliger au Docteur Tennent une souffrance au moins aussi forte que celle que lui-même endure.

Mon avis

Peter James offre au lecteur un de ces thrillers terrifiants où l'on sait dès la première page qu'un des personnages est sur le point d'avoir de très gros ennuis... Comme de bien entendu, il fait tout pour que l'on s'attache à ce même personnage et qu'on sursaute à chaque fois qu'une branche craque derrière lui, et il y réussit parfaitement. On a beau connaître dès les premières lignes l'identité du cinglé, ça ne réduit en rien le suspense ou la tension - bien au contraire...

Car Peter James, avant la confrontation tant attendue entre le psychiatre et Thomas Lamark, se plait à nous décrire en long, en large et en travers ce dont ce dernier est capable. Gare à ceux qui critiquent Gloria Lamark... gare aussi à tous les autres d'ailleurs ! Thomas Lamark fait un Norman Bates plutôt convaincant, doté d'une maison des horreurs fort bien agencée... Tous les ingrédients sont donc réunis pour rendre le lecteur complètement parano.

Même si certains développements demeurent assez prévisibles, Deuil reste un thriller vraiment glaçant, qui fait frissonner de peur ou de dégoût du début à la fin. Une lecture efficace !