LenjomineurL'enjomineur, 1793 - Pierre Bordage
Editions J'ai Lu, Collection Fantasy
2010, 475 pages
8,40 €

Lu et chroniqué pour les Chroniques de l'Imaginaire.

Résumé

République de France, 1793. La Terreur gronde... On retrouve Emile et Cornuaud quelques semaines après les avoir quittés. Emile a failli à la mission que Mélusine lui avait confiée pour tenter de retrouver Perrette : il fuit donc la Vendée pour gagner Paris, tourmenté par ses blessures physiques et mentales, armé de la dague magique que lui a offert la créature serpentine. Cornuaud, quant à lui, lutte avec de moins en moins de conviction contre la sorcière noire qui l'a ensorcelé. Il commence à accepter sa malédiction et prend un plaisir de plus en plus profond à tuer. Tout juste sorti de prison, il devient un agent de la Révolution et peut ainsi asouvir la soif de sang de sa sorcière en toute tranquillité...

En toile de fond des pérégrinations de ces deux personnages, la secte de Mithra gagne du terrain. On découvre avec effroi toute l'étendue de son influence sur le destin de la France et du monde...

Mon avis

Ce second tome de L'enjomineur est encore plus passionnant que le premier. Le rythme en est plus soutenu : Bordage a posé son décor et fait maintenant avancer l'action à toute allure. Le destin des personnages principaux se précise. On en apprend un peu plus sur le passé d'Emile ; on devine la noirceur du futur de Cornuaud. Enfin, ces deux personnages se croisent et mêlent leur destinée dans l'intrigue, pour le pire...

Si Bordage continue à apporter un soin tout particulier à la peinture historique de cette période tourmentée de l'histoire de France, il laisse dans ce second tome plus de place au merveilleux, au fantastique, à la magie. Une sirène vient même interférer dans le cours de l'intrigue... une créature merveilleuse que l'on croise trop rapidement et qu'on aurait aimé mieux connaître ! (au passage, vous avez vu cette magnifique couv ??)

La fin de ce second tome, très abrupte, ne donne qu'une envie : se plonger dans la suite, en espérant qu'elle soit à la hauteur des deux excellents premiers volets.