LescontesdecrimesLes contes de crimes - Pierre Dubois
Editions Hoëbeke, Collection La bibliothèque elfique
2000, 256 pages
15 €

« Les contes ne sont pas tous jolis, au fond des bois des ‘Il était une fois’ se cachent de grandes peurs et bien des douleurs. Les filles de l’ogre en savent quelque chose... »

J'avais lu ce recueil dans le cadre de mon Challenge ABC 2010 ; régulièrement, je repioche au hasard dedans tant il m'avait plu...

Résumé

Avec Les contes de crimes, Pierre Dubois s’attaque aux contes de fées qui ont bercé notre enfance, essentiellement ceux des frères Grimm et de Charles Perrault. Riquet à la houppe, Peter Pan, Cendrillon, Le petit Chaperon rouge et La belle au bois dormant (pour les plus connus) révèlent dans ce recueil un visage tout autre que celui qu’on leur connaît, que ce soit dans leur version revisitée par Walt Disney ou dans leur forme première.

Mon avis

Les thèmes sous-jacents dans les versions originales sont ici clairement évoqués sous l’éclairage cru de la plume de l’elficologue : sexualité déviante, meurtre, tortures, rien n’est épargné au lecteur, qui plonge dans ce que les contes comptent de plus noir et de plus sordide. Savant mélange de merveilleux, d’horreur et de policier, ces contes revisités sont servis par une écriture ciselée à l’extrême, brillante et chatoyante. Le vocabulaire est très recherché, trop peut être, et il arrive que le lecteur se perde dans des phrases aussi sinueuses que les chemins des sous-bois. C’est le seul « reproche » que je ferais à ce livre.

Avec brio, Pierre Dubois s’approprie et se moque joyeusement des best-sellers littéraires ou gros succès du box-office, comme Carrie de Stephen King, ou la version Disney de Cendrillon. Il ne s’interdit aucune transgression, aucun rapprochement, et va toujours plus loin dans le grotesque et l’horreur : à l’image de Régis Loisel dans sa série de bande-dessinées Peter Pan, il met en parallèle Peter Pan et Jack l’éventreur ; dans sa version très personnelle de Rapunzel, on se trouve face à un crime qui rappelle étrangement Le mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux ; Cendrillon, habillée par ses amis animaux d’une robe faite de feuillages et de toiles d’araignée, est tellement irrésistible qu’elle se fait violer par son « prince charmant » ; Le petit chaperon rouge est sur le point d’être la victime d’un homme à la sexualité plus que déviante… mais rira bien qui rira le dernier.

Dubois tourne également habilement en dérision l’amour courtois et les légendes arthuriennes, mais si ce recueil bouillonne de clins d’œil, de cynisme et d’humour noir, il n’en témoigne pas moins d’un grand respect envers les contes classiques, respect qui transparaît dans le personnage récurrent de Perthwee, détective des fées, qui s’active à résoudre ces crimes surnaturels.

En résumé, si vous ne l’aviez pas encore deviné, ce recueil est pour moi un véritable coup de cœur, un livre à garder, à regarder, à lire et à relire. Si vous suivez mes conseils et que vous appréciez ces Contes de crimes, vous adorerez également les Comptines assassines du même auteur. Bonne lecture !